21 août 2017
Suivez-nous

L’humain pour nous, c’est Capital !

La villa Deramond

7 juil. 2014

Le plan Chandellier atteste en 1808 de la présence d’un bâtiment central rectangulaire flanqué de deux pavillons latéraux indépendants. Cette villa d’emplacement est l’exemple type de la monumentalisation des maisons de ville à la faveur de l’industrie sucrière.

Les travaux les plus importants seront réalisés entre 1830 et 1832 par Gaspard Victor de Heaulme, sucrier de la côte est. Les bâtiments vont recevoir un étage et une varangue joindra les deux pavillons latéraux.

D’aspect imposant sur sa façade principale, face à l’axe de circulation, la bâtisse offre une modénature riche et harmonieuse issue du vocabulaire néoclassique. La façade à neuf travées, est ordonnancée de façon strictement symétrique. Les colonnes de la varangue sont en bois tourné. L’ordonnancement est souligné par des pilastres. Les élévations sont marquées horizontalement par des entablements moulurés. Un attique masque la naissance du toit à longs pans croupes, pour accentuer l’effet de mise en scène monumentale.

Cette demeure a été la résidence de personnages illustres. Le poète Léon Dierx (1838-1922), petit fils de Gaspard Victor de Heaulme y est né. Elle a vu grandir également le premier ministre Raymond Barre (1924-2007). Elle accueille aujourd’hui les services du patrimoine de la DAC OI.

Villa Deramond, 15, rue de Paris ( CLMH 1987, les façades et les parties intérieures, y compris l’escalier et les varangues, le barreau. Le jardin et les dépendances sont ISMH depuis le 6 juillet 1987).

303474