21 août 2017
Suivez-nous

L’humain pour nous, c’est Capital !

Le fonds Maurice Ménardeau

8 juil. 2014

Au sein de la Collection d’œuvres d’art de la Ville de Saint-Denis il existe un important Fonds de peinture représentatif de la production artistique des années 30 à La Réunion.

Le Fonds « Maurice Ménardeau » est composé de dix neuf tableaux réalisés essentiellement à l’occasion d’une commande publique passée en 1935 pour l’embellissement de l’Hôtel de Ville de Saint-Denis. Inscrit pour une grande partie à l’inventaire des monuments historiques, ce Fonds de peinture a été entièrement restauré de septembre à décembre 2011.

La réalisation de cette campagne de restauration d’envergure, financée par des Fonds Européens et la Municipalité de Saint-Denis, nous permet aujourd’hui de redécouvrir dans toute leur intégrité et dans leur contexte d’origine ces œuvres d’art emblématiques d’un patrimoine historique réunionnais.

On retrouve dans ce Fonds les œuvres de Maurice Ménardeau (1897 – 1977) Peintre de la marine, qui séjourna plusieurs fois sur l’île, et qui signe là treize toiles de grands formats dont deux monumentaux. Six peintures de chevalet complètent les oeuvres de Ménardeau. Trois tableaux du peintre réunionnais Louis Ozoux (1869 – 1936) qu’il réalisera dans les années 1930 ainsi qu’une toile de Jac Desmarais, une autre de Maurice d’Unienville, tous deux peintres mauriciens, et une dernière non attribuée.

La commande initiale qui avait pour objectif de décorer la salle des mariages et la salle du conseil municipal intervient à l’occasion de la rénovation de l’Hôtel de Ville du Chef lieu. C’est Jean Chatel, Maire de 1925 à 1938, qui va demander à Maurice Ménardeau de réaliser douze grands formats pour agrémenter les salles rénovées. Le Conseil municipal votera la commande le 27 mai 1935.

PNG - 480.2 ko

Le peintre choisit alors de proposer des scènes illustrant la vie réunionnaise, avec ses activités et ses paysages, des vues de Saint-Denis ainsi qu’une approche historique en traitant dans une composition monumentale l’arrivée de Mahé de Labourdonnais à La Réunion. Maurice Ménardeau livrera ses œuvres le 30 mars 1936.

Cette commande publique de panneaux décoratifs est la plus importante de l’époque. Elle possède le grand intérêt de traiter d’un art de vivre à La Réunion et d’un contexte géographique des années trente. Remarquable par son traitement et significative de l’art à La Réunion elle constitue aujourd’hui un véritable trésor du patrimoine artistique dyonisien enfin restitué.

303503