22 octobre 2017
Suivez-nous

L’humain pour nous, c’est Capital !

Rentrée 2017/2018 et contrats aidés : Communiqué de presse

9 août 2017

La Ville de Saint-Denis maintient la rentrée au 18 août 2017 dans les écoles de la commune et souhaite des réponses claires de l’Etat sur les contrats aidés dont elle pourra bénéficier, en toute transparence.

Saint-Denis, le 9 Août 2017 :
L’éducation est l’axe central de la politique que nous menons à Saint-Denis et, malgré les graves difficultés, nous réaffirmons notre volonté de bien faire pour les enfants dionysiens.
Par conséquent, la Ville de Saint-Denis refuse que la rentrée scolaire d’Août 2017 fasse l’objet de tractations liées à l’obtention de Contrats Aidés en nombre suffisant ; elle refuse que les élèves dionysiens et leurs familles soient pris en otage alors qu’il nous faut nous mettre d’accord avec l’Etat pour préparer une rentrée dans les meilleures conditions, et ce en une semaine.
Nos services ont déjà fait un point précis des postes nécessaires, d’ici à la fin de l’année, pour que les écoles dionysiennes fonctionnent dans des conditions convenables. De la même façon, nous avons établi nos besoins de quota de contrats aidés pour le deuxième semestre et les avons priorisés selon les actions que nous mettons en oeuvre et pour lesquelles ils seront utiles.
Nous rencontrons demain à 9h M. BARATE, sous-préfet à l’arrondissement Nord, et lui présenterons ces besoins. La mobilisation conjointe de nos services et de ceux de l’Etat est nécessaire pour relever ensemble ce challenge pour le bien des élèves dionysiens et de l’ensemble de nos concitoyens.
Nos services ont ainsi identifié le besoin de près de 700 Contrats Aidés :

- 303 concernent notre politique d’Education globale dont 105 sont d’ores et déjà en attente de signature au Pôle Emploi.

- 179 concernent notre politique de solidarité et d’accompagnement des personnes fragiles (personnes isolées, en détresse sociale, personnes âgées, personnes en situation de handicap notamment) dans nos quartiers.

- 212 concernent nos actions de sécurité sanitaire, de salubrité et d’hygiène (lutte anti-vectorielle, lutte contre les dépôts sauvages, propreté des ravines, dératisation, démoustication, désinsectisation).

Face à la situation exceptionnelle que constitue cette annonce tardive d’un quota minimal de contrats aidés, nous prenons nos responsabilités et agissons dans l’intérêt des Dionysiens. Nous demandons une plus grande solidarité de l’Etat pour l’octroi d’un quota suffisant à l’échelle de La Réunion ainsi qu’une répartition juste et transparente aux acteurs concernés.

Jacques Lowinsky
1er adjoint

304940