22 juin 2018
Suivez-nous

L’humain pour nous, c’est Capital !

Rupture de canalisation d’eaux usées

2 févr. 2018

Pour des raisons de sécurité, la Cinor et l’entreprise CISE Réunion ont décidé de fermer, depuis hier en fin d’après-midi, l’accès à la portion du Sentier Littoral Nord située au niveau de la ravine du Chaudron, entre l’aire des Tamarins et la piste de karting.
Une décision qui intervient suite à une fuite sur une canalisation transportant les eaux usées depuis le poste de refoulement de la Jamaïque jusqu’à la station d’épuration du Grand Prado, aux préconisations des services de l’Etat et à la concertation de 5 experts assermentés.

"Les joints d’un manchon de cette canalisation ont en effet cédé et engendrent des fuites d’eaux usées qui, si elles se poursuivaient, causeraient des désagréments sanitaires et mettraient en péril la voie routière", explique Olivier Pince, responsable d’exploitation de la Cise.
"Après étude de toutes les solutions envisageables, pour la réalisation de ce chantier, nous avons ainsi opté pour la réalisation d’une soudure PEHD par extrusion autour du manchon pour colmater définitivement la fuite", ajoute ce dernier.
La fermeture du sentier littoral - et de l’aire de pique nique des Tamarins - permettra les interventions techniques et la réalisation des travaux, sur la canalisation identifiée, dès dimanche matin.

La Cinor et son exploitant Cise Réunion se sont ainsi attachés à mettre en place le protocole d’intervention le plus abouti afin de réparer la casse sur la canalisation de refoulement des eaux usées du poste de refoulement Jamaïque. Un protocole qui découle du diagnostic du manchon fuyard réalisé ce vendredi 2 février par l’exploitant.
Au vu de l’importance de la fuite, la Cise a proposé à la Cinor d’intervenir le plus tôt possible, avec pour objectif "de limiter les déversements d’eaux usées vers le milieu naturel".
Ainsi, dès ce samedi 3 février à 21h, la Cise actionnera l’arrêt du poste de refoulement ce qui va engendrer le déversement d’environ 17 000 m3/j d’eaux usées dans le milieu naturel via la conduite de trop-plein.
Au même moment, il sera effectué la vidange totale de la canalisation de refoulement via une vidange dont l’exutoire est la ravine Chaudron, soit 2 500 m3.
Ce lundi 5 février à partir de 5 heures, la GTOI assura pour sa part la finalisation des travaux de terrassement et blindage de la fouille.

La Cise interviendra pour sa part pour la préparation d’un support puis la réalisation d’une soudure PEHD par extrusion autour du manchon pour colmater définitivement la fuite ; une méthode d’assemblage de tuyau en PEDH cadrée par la norme NF EN 13 705.
Après cette phase, une nouvelle intervention technique permettra d’assurer la consolidation de la réparation par la pose d’une couverture PEHD soudée autour de la conduite.

Par la suite, une protection mécanique en béton hydrofuge viendra se fixer autour de la réparation afin d’absorber les charges futures de la chaussée.
Dès lors, interviendra le mardi 6 février la remise en eau progressive du poste de refoulement Jamaïque et la remise en état de la chaussée et du site dans le courant de la même semaine.

Présent sur le site avec son équipe, le Président de la Cinor, se montrait très remonté hier contre le maître d’ouvrage du chantier d’origine mis en service en 2013.

« La Cise n’a pas d’autres choix que de rejeter les eaux usées vers la mer, et je le regrette. Nous n’allons pas en rester là. La Cinor va retourner contre les responsables identifiés pour réparer ce préjudice de malfaçon et ce préjudice écologique. Ces faits sont inadmissibles »

La Cise et la Cinor confirment mettre tous les moyens en œuvre pour procéder à une réparation pérenne et en prenant toute les précautions pour garantir la sécurité des usagers du sentier littoral et des riverains.

305224