Mon école s’appelle… Bory de Saint-Vincent (La Bretagne)

Geneviève Jean Baptiste Marcelin Bory de Saint-Vincent (1778, Agen - 1846, Paris) est un naturaliste et explorateur français. Il est connu pour le voyage qu’il réalise entre 1801 et 1802 à l’île Bourbon (La Réunion). Il fait escale à l’île de France (Ile Maurice) en mars 1801 et démarre en août de la même année son voyage à l’île Bourbon (La Réunion).

Une somme sur l’histoire et la géologie de La Réunion

Dans son ouvrage « Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique : fait par ordre du gouvernement pendant les années neuf et dix de la République (1801 et 1802) », Bory de Saint-Vincent, nous offre le journal de ses explorations. Il propose ainsi une sorte de photographie du territoire au tout début du XIXème siècle. Il nous décrit à la fois le territoire géographique mais également les personnages qu’il rencontre.

Un témoignage sur le Marronnage
Dans la région du volcan, il prend comme guide Jean Dugain (que Bory écrit Duguin), vieux chasseur de marrons âgé alors de 84 ans. Il le décrit ainsi : “Il avait demeuré treize ans dans ce désert, vivant, comme un marron, loin de l’habitation des hommes et y était devenu presque sauvage. Ce créole, très brun, maigre et d’un air farouche, avait dans le regard une expression particulière de franchise, à laquelle ses sourcils, sa barbe et ses cheveux blancs ajoutaient un air de noblesse. […]”. Jean Dugain est le chasseur de marrons qui en août 1758 tue Manzac, roi des Marrons qui avait succédé au roi Laverdure, lui-même tué par François Mussard. Bory, guidé par Dugain, explore partiellement le territoire de refuge de Manzac (que Bory écrit Mauzac) et découvre le “morne des feux à Mauzac”. Il nomme certains sites notamment le piton de Lilet en hommage à “M. Lilet, officier de génie, qui visita ces lieux avec (Philibert) Commerson (en 1771)”. Il passera également à la caverne à Cotte, “nom d’un fameux marron qui y fut tué. Elle est située dans une cassure, à la cime de ce qu’on nomme le morne de Langevin”.
Le Bory, 2632 mètres
On baptisera de son nom le cratère le plus élevé du piton de la Fournaise, le Bory, qui culmine à 2632 mètres d’altitude.


Source : « Voyage dans les quatre principales îles des mers d’Afrique : fait par ordre du gouvernement pendant les années neuf et dix de la République (1801 et 1802) », Jean-Baptiste-Geneviève-Marcellin Bory de Saint-Vincent, (1778-1846), F. Buisson (Paris) éditeur, 1804, 4 tomes.

Légende illustration : J.B. Bory de Saint Vincent dessiné d’après nature en 1826, et Gravé par Ambroise Tardieu.

307225

Ville de Saint-Denis

2, rue de Paris
97717 Saint-Denis Cedex 9
Ile de la Réunion

0262 400 404

Nous contacter

Nous suivre
Liens utiles
Instagram

© Ville de Saint-Denis. All Rights Reserved. Design by HTML Codex